Construire aujourd’hui et être réélu demain

 

Jean-Luc Berho, Président du comité d’organisation

Chaque année à la fin de l’été, les Entretiens d’Inxauseta se tiennent à Bunus. Ils rassemblent, depuis plus de 20 ans, les principaux acteurs du logement (membres du gouvernement, élus, partenaires sociaux, responsables associatifs, universitaires) autour de thèmes d’actualité. Ils sont fréquentés par un public fidèle et divers, chaque année plus nombreux, et par les médias locaux et nationaux qui font de ce lieu atypique, le rendez-vous de la rentrée du logement.

Ils se tiendront le vendredi 30 août 2019 de 10 h à 18 h à Bunus.

Les Entretiens d’Inxauseta proposent cette année, à quelques mois des élections municipales, d’explorer les raisons qui ont conduit à prendre pour acquis qu’un « maire bâtisseur est un maire battu ».

En effet, depuis 1977, la formule rendue célèbre par l’ancien maire de Créteil (« J’étais un maire bâtisseur, me voilà un maire battu ») est régulièrement invoquée afin d’expliquer le retour d’une mauvaise conjoncture dans le secteur de la construction.

Pourtant, si le maire est bien celui ou celle, dont le projet va façonner la ville ou le village de demain, il ne peut pas forcément être tenu pour responsable des réorientations de la politique du logement.

Car dans les faits, les maires bâtisseurs sont nombreux, très nombreux surtout si on se rappelle que construire, c’est aussi « reconstruire la ville sur la ville ». Tous ces maires arrivent presque toujours à se faire réélire en construisant, en mettant l’accent sur la rénovation urbaine ou en restructurant les centres villes, en facilitant l’installation de nouveaux ménages et de nouvelles activités nécessaires pour accroître le dynamisme et l’attractivité de leur commune … aussi bien dans les grandes agglomérations que dans de petites communes rurales. Le maire bâtisseur, c’est en effet celui ou celle qui promeut une stratégie de développement harmonieuse pour son territoire. Et qui s’efforce toujours de rendre sa ville ou son village plus beau, plus accueillant et plus dynamique. Et si on se limite aux grandes villes, les exemples n’ont pas manqué par le passé : à Bordeaux, à Lyon, à Montpellier ou à Strasbourg, par exemple, où l’adage « maire bâtisseur, maire battu » a été contredit.

Mais comme les mauvaises idées ont souvent la peau dure, il nous a semblé nécessaire de revenir sur cette vieille malédiction. Et quoi de mieux pour cela que de donner la parole à celles et ceux qui construisent, qui reconstruisent la ville sur la ville, qui ont pour ambition et n’ont de cesse que d’améliorer la vie et le confort de leurs administrés et qui font fi de l’adage. L’exposé de leur ambition et de leurs projets, enracinés dans un temps qui excède presque toujours celui de leur mandature, permettra de brosser le décor. Puis viendra le temps de l’analyse et de l’évaluation, certainement nécessaires pour savoir si aujourd’hui et demain, les maires constructeurs seront toujours présents et nombreux pour participer à la lutte contre l’insuffisance de l’offre de logements.

Les débats seront organisés en trois tables rondes et Julien Denormandie, ministre chargé de la ville et du logement clôturera la journée.

Programme et inscription

Poser une question, en savoir plus, laisser un commentaire ...