Lyon métropole : le PLU-H répondra à l’accueil de 15 000 nouveaux habitants par an

 

« Répondre aux besoins du développement économique, accompagner l’économie d’excellence et le renforcement des pôles universitaires, garantir les conditions d’accueil du socle que constitue l’économie industrielle et productive, favoriser l’économie dans la ville, rendre lisible l’offre tertiaire », tel est le fil conducteur du PLU-H de l’agglomération lyonnaise, adopté par l’assemblée métropolitaine le 13/05/2019.

Les nouvelles règles d’urbanisme permettront « rapidement de lancer une vingtaine d’opérations significatives pour la production de 1,3 million de m2 de surface de plancher (SDP) à Lyon et Villeurbanne », indique Michel Le Faou, vice-président de la Métropole de Lyon en charge de l’urbanisme, du renouvellement urbain, de l’habitat et du cadre de vie.

 

  • Sur le territoire de la métropole, la croissance moyenne est de près de 15 000 nouveaux habitants par an. Pour faire face, le PLU-H prévoit de « poursuivre le rythme de la construction de logements à 8 500 par an, en lien avec les objectifs du SCoT qui prévoient 150 000 nouveaux logements entre 2010 et 2030 ».

 

  • Pour accompagner financièrement le PLU-H, David Kimelfeld, président de la métropole, annonce « la création d’un office foncier solidaire (OFS) proposé lors du conseil métropolitain de la rentrée de septembre 2019 » et la mise en place « d’un nouveau pacte financier entre la Métropole de Lyon et les communes » pour davantage doter celles au développement économique et résidentiels plus forts et « palier la suppression de la taxe d’habitation ». L’outil d’aménagement PUP (projet urbain partenarial) sera activé.

 

  • Le PLU-H vise à équilibrer les espaces verts et les zones de construction. Plus de 750 hectares vont rester des espaces naturels, agricoles ou de loisirs. L’objectif est de « lutter contre les ilots de chaleur urbains mais aussi contre l’imperméabilité des sols ». Le PLU-H entre en cohérence avec la stratégie d’adaptation au réchauffement climatique et du plan Canopée portés par la Métropole de Lyon, avec l’objectif de rafraîchir la ville par la nature et de préserver la biodiversité, pour lutter contre les gaz à effet de serre.

 

  • D’ici à 2030, l’objectif est d’atteindre 30 % de couvert arboré sur le territoire de la Métropole de Lyon. Le PLUH précise dans les opérations de construction « de laisser 20 à 25 % des terrains à la plantation d’arbres de pleine terre ».

 

  • Sur l’organisation urbaine, le but de la métropole est de diminuer les besoins en déplacements et de privilégier des modes de transport moins polluants, en introduisant la notion de biodiversité dans l’approche de la trame verte et bleue (définie par la loi n° 2010-788 du 12/07/2010),

 

« en renforçant la place de la nature en ville, en préservant les milieux aquatiques, en luttant contre les îlots de chaleur urbains, en favorisant l’urbanisme et l’architecture bio-climatique ».

Évolution des zones naturelles et agricoles

  • POS (1995) : 20 195 hectares
  • PLU (2005) : 23 434 hectares
  • PLU‐H (2019) : 24 125 hectares, +3 % entre le PLU et le PLU-H

Développement urbain sur des secteurs déjà urbanisés

« 90 % des capacités de constructions de logements se situent dans des secteurs urbanisés et bien desservis aujourd’hui ou à l’avenir, par les transports collectifs », précise le PLU-H. Le plan favorise le renouvellement de secteurs urbains mutables en reclassant plus de 170 hectares en zones de renouvellement urbain.

Construction de 8500 logements par an

En 2015, le territoire de la Métropole de Lyon compte 1,370 million d’habitants, une croissance de 10700 habitants par an. Depuis, la croissance moyenne est de près de 15 000 nouveaux habitants par an. Pour y faire face, le PLU-H prévoit de « poursuivre le rythme de la construction de logements à 8500 par an, en cohérence avec les objectifs du SCoT qui prévoient la réalisation de 150 000 logements entre 2010 et 2030 ». La Métropole de Lyon a décidé que « 45 % de l’offre nouvelle seront des logements aidés ou abordables ».

6 840 hectares de zone économique, dont 1 765 pour la production, l’artisanat et l’industrie

Le développement économique fait partie des axes forts de ce PLU-H. En 2018, le territoire compte 116 implantations de nouvelles entreprises (+18 % par rapport à 2017), représentant la création de 2 550 emplois dans les trois ans, selon l’Agence de développement économique de la région lyonnaise (Aderly).

« Le maintien de réserves foncières suffisantes pour le développement économique est garanti par le PLU‐H avec 6 840 ha de zone économique. Les capacités d’urbanisation future pour le développement économique sont assurées pour les 22 prochaines années. Le PLU‐H garantit 1 765 hectares de foncier pour la production, l’artisanat et l’industrie », selon la Métropole de Lyon.

 

Poser une question, en savoir plus, laisser un commentaire ...